Rencontres tlemcen centre ville. Tlemcen — Wikipédia

La colonisation a moins bouleversé sa structure sociale qu'elle ne l'a fait dans la plupart des autres villes algériennes, la bourgeoisie locale de vieille tradition ayant participé activement à l'évolution urbaine de cette période. La proportion d'européens est toujours restée relativement plus faible que dans les autres villes algériennes de même taille. Saïda, située nettement plus au sud de l'Oranie, à la limite des Hauts Plateaux, ne s'est constituée qu'enautour d'un poste militaire.

Restée longtemps une ville très européenne, elle est promue chef-lieu de préfecture en Située dans un environnement physique aride, sa croissance démographique est maintenant plus rapide que celle de Tlemcen. Cependant, sa population reste deux fois moins importante en Nous avions fondé la méthode d'enquête de ces deux villes et la description des résultats à partir de la théorie des circuits, base des analyses de Milton Santos l t la théorie des deux circuits est un modèle de fonctionnement de l'économie urbaine dans un espace dépendant.

Elle s'efforce d'expliquer le comportement économique rencontres tlemcen centre ville différents agents dans les processus de production, de transformation et d'échange des rencontres tlemcen centre ville. Circuits socio-économiques et non pas circuits de biens ou de services, ils sont l'expression de deux sous-systèmes intégrés dans le même espace urbain.

Le premier sous-système, le circuit supérieur, qui peut recouvrir des situations différentes selon la localisation, s'oppose au circuit inférieur constitué de formes de production, de distribution et de consommation vieillies, ou obsolètes, ou différentes, fontionnant sur un mode propre, mais non autonome.

dz rencontre hotel rencontre mons

Ce dernier dispose d'une certaine élasticité qui lui permet d'assurer la répartition des richesses en fonction de la situation rencontres tlemcen centre ville. Ce système n'est pas figé et il existe un passage gradué entre les deux circuits, une frange d'activités qui sont, la plupart du temps, des activités du circuit supérieur qui s'intègrent au circuit inférieur par incapacité de modernisation.

La détermination la plus fine possible du type d'articulation entre les deux circuits et la nature des relations de complémentarité et rencontres tlemcen centre ville dépendance qu'ils entretiennent nous semblent un élément fondamental de l'analyse. Il est bien hasardeux de dépasser l'analyse typologique dans l'étude de l'organisation urbaine.

Une approche descriptive de l'extrême complexité du tissu économique et social urbain peut être moins contraignante qu'une approche opérée dans le carcan d'un modèle. Cependant, l'intérêt propre de cette méthode est qu'elle met en valeur le circuit inférieur et permet ainsi de mieux cerner l'intégration de l'économie locale à l'économie nationale, la distribution des revenus et des biens, les rapports ville campagne.

Et cette approche nous semble pouvoir orienter des actions cohérentes, au niveau urbain, et les rendre plus opératoires. L'enquête urbaine et ses difficultés. Les informations statistiques existantes sont insuffisantes dans une démarche de ce type. Les méthodes de recensement classique ne saisissent pas sytématiquement la réalité mouvante du circuit inférieur du fait de la mobilité spatiale des unités économiques, de leur durée, de leur caractère marginal vis-à-vis des organismes officiels.

De plus, ces enquêtes différencient les activités à partir des catégories de biens, de la production, du chiffre d'affaires, du nombre d'employés, ce qui ne permet pas toujours de définir à quel circuit se rattache l'activité économique recensée. Ces indicateurs sont utiles mais insuffisants pour définir le circuit inférieur où la régularité de l'activité économique, le type de relation financière avec les grossistes et la clientèle, la technologie employée, etc.

Le circuit inférieur nécessite donc une approche entièrement originale où l'on pose comme donnée de base le comportement économique spécifique des agents de ce circuit, dont le maintien d'une précaire activité est entièrement destiné à assurer leur propre subsistance et celle de leur famille. L'enquête des ménages, dans le but d'évaluer leurs recettes et leurs dépenses principales, est donc le corollaire de l'enquête des activités économiques, publiques et privées.

Elle apporte une information majeure sur les flux financiers entre les circuits.

Account Options

Elle est indispensable également pour l'appréhension de l'ensemble des activités. Les statistiques officielles qui sous-estiment déjà les activités s'exerçant dans les locaux professionnels ou celles installées sur le trottoir, laissent échapper celles qui s'exercent dans les locaux d'habitation, les gardiens et employés de maison non dé- clarés, ceux qui exercent les travaux de tissage, lavage, couture, les prostituées, les enseignants à domicile, les petits artisans réparateurs, etc.

recherche femmes malgache site rencontres amicales

L'emploi féminin est particulièrement touché par cette discrimination. Autre difficulté, le recensement de certains types de services et de leur rémunération, les locations d'argent, de logements ou de terres, rencontres tlemcen centre ville emplois clandestins, illégaux, ceux exercés par les femmes ou les enfants. La rémunération perçue en «services en retour», rencontres tlemcen centre ville biens de consommation ou en espèces, occulte parfois la notion d'emploi pour les agents mais participe pleinement à l'activité urbaine d'une société pour qui les rapports sociaux sont fondés sur la conscience d'une solidarité qui s'exerce au delà du champ familial.

Les activités ne sont pas toujours enregistrées sur le Registre de Commerce, le point de fabrication ou de vente peut être itinérant, et s'il se déplace dans plusieurs centres urbains, il devient périodique pour la ville enquêtée.

Autre écueil, la durée de l'activité. Elle peut avoir un rythme hebdomadaire, saisonnier. Les enquêtes à Tlemcen et à Saïda n'ont pas eu lieu aux mêmes saisons, entraînant rencontres tlemcen centre ville distorsions, surtout dans le secteur agricole, provoquant des répercussions dans de nombreuses activités.

La relation de ces villes à leur environnement rural est important pour le revenu urbain. La taille de la ville et la durée de la mission imposent le type d'enquête, mais le choix doit se porter en priorité vers les activités non centrales, les artisans ej les marchés «traditionnels», les activités situées à la périphérie de la ville, ou celles des trottoirs et des locaux d'habitation.

D'autre part, l'enquête doit aussi porter sur la zone rurale, la ceinture maraîchère de la ville, source de revenus importants et de flux de marchandises dans un groupe social qui reste très lié à la campagne. Avant de présenter les résultats des enquêtes, il nous paraît nécessaire de situer ces deux villes dans un contexte historique et national.

Car le rôle spécifique et la localisation de chacune des villes expliquent leur plus ou moins grande capacité à intégrer les mutations socio-économiques qui affectent actuellement l'organisation de l'espace algérien, et la diversité de leur réponse.

voyage - Forum de voyage sur Tlemcen - Tripadvisor

Saïda et Tlemcen et la colonisation. Avant sa destruction en par Bugeaud, Saïda était un centre de repli d'Abd el Kader, à 70 kms au sud de Mascara, à kms de la côte. Enles premiers civils européens s'y installent. L'établissement de la Compagnie Franco-Algérienne en 1 qui obtient le privilège d'exploitation de l'alfa sur ha, à charge pour elle de construire la voie ferrée, est un événement qui change l'avenir de la ville. La population française se stabilise autour de 5 personnes jusqu'à son départ en La population algérienne dépasse la population française dès et progresse fortement désormais.

A la veille de la guerre de libération, la ville compte 19 habitants. Centre d'éclatement et de regroupement de la rencontres tlemcen centre ville, c'est à Saïda que résident ou viennent s'approvisionner les colons et les propriétaires terriens vivant d'élevage et de céréaliculture. Enil n'y a plus rencontres tlemcen centre ville création d'activités liées à la production ou à la consommation locales, ou aux besoins du secteur rural.

Il se crée un déséquilibre croissant entre le développement de la population et la stagnation de l'activité coloniale. Le développement économique de Saïda se rencontres tlemcen centre ville à un palier.

La période qui débute en est marquée par l'intervention massive du secteur public civil et militaire dans les affaires économiques et par le renforcement du secteur administratif. Mais l'événement fondamental est le bouleversement du monde rural.

La population rurale est regroupée dans les campements administrés par l'armée 2la campagne est parfois complètement vidée près de zones frontalières. Enun plan national d'industrialisation s'ébauche. Il s'instaure désormais dans les actions une certaine cohérence qui fait apparaître ses premiers résultats à partir des annéesavec cependant l'accélération des distorsions spatiales et sociales extrêmement violentes.

En ce qui concerne Saïda, le renforcement du centre administratif entraîne la création d'activités dans les secteurs des Services, l'équipement social, éducatif, administratif et technique.

Comme beaucoup de Tlemcéniens, Selma, 29 ans, fonctionnaire dans une banque déteste cette expression. Je la vis comme une violence.

Les sociétés nationales renforcent leurs antennes locales de production et de distribution. Mais la zone industrielle saï- déenne accueille trop lentement des industries qui sont autant d' «enclaves -économiques» dans la région, du fait de leur type de production sans rapport avec les potentialités locales. Tlemcen n'est plus la ville fastueuse qu'elle a été du Vllème au XlVème siècle.

Elle compte en 12 personnes. Enà l'issue de la lutte entre Bugeaud et Abd el Kader, la ville est annexée au Territoire de la colonisation, mais elle s'est encore dépeuplée. Les activités commerciales et manufacturières dépérissent au profit d'autres villes comme Maghnia ou Nedroma, situées à une cinquantaine de kilomètres.

5 jours dans la ville Tlemcen, centre de gravité du pouvoir ? | El Watan

La colonisation redéfinit alors un nouveau rôle pour Tlemcen, adapté à l'exploitation du domaine agricole, en créant dans sa région un réseau bancaire et coopératif vite structuré et très influent dans tous les domaines de la vie politique.

Mais son rayonnement et son autonomie ne s'en trouvent pas renforcés. Oran, ville portuaire, se dresse rapidement en rivale et supplante Tlemcen de façon décisive car le rôle de celle-là devient immédiatement prépondérant dans le nouveau réseau urbain colonial. Tlemcen est intégrée dans ce réseau comme une ville de deuxième rang, bien qu'elle ait réussi à conserver des caractéristi- ques propres, grâce à sa situation de contact avec la région marocaine, rencontres tlemcen centre ville relative faiblesse de la colonisation agricole et les riches particularismes de la population autochtone.

La période coloniale a définitivement bouleversé l'ordre spatial antérieur, vaguement polycentré, en lui substituant un espace, régional lui aussi, mais drainé par les ports cô tiers. Dans l'ouest algérien c'est Oran qui établit des relations privilégiées avec l'extérieur et qui organise un réseau de relais internes de la colonisation placés sur les voies de communication, perpendiculaires à la côte.

A cette époque, l'Oranie apparaît comme une entité spatiale refermée sur elle-même. Oran en est le pivot, le lien avec la France. L'organisation intérieure de l'Oranie s'effectue avec le minimum d'intégration avec le reste de l'Algérie. Cependant, à partir des annéesavec l'indépendance, un nouveau schéma urbain se met en place dont un élément essentiel est la centralisation nationale autour d'Alger, ville capitale. Rencontres tlemcen centre ville situation urbaine au début site de rencontre gratuit mariage années Nous avons estimé la population de l'agglomération tlemcénienne à 96 habitants enà pour l'ensemble de la commune.

La population de l'agglomération de Saïda s'élevait à rencontres tlemcen centre ville personnes à la même date. Les migrations interviennent avec beaucoup plus de force que l'accroissement naturel de la population pour moduler l'augmentation de la population, suivant la localisation.

Migrations temporaires ou définitives, elles rendent compte du manque de stabilité du système régional, de l'inégale répartition des emplois et des richesses, de la fragilité du secteur rural.

site pour rencontre amour amitié inscription 100 gratuite essayez l avenir des sites de rencontre

Dans la région tlemcénienne, les migrations s'effectuent sur une rencontres tlemcen centre ville relativement limitée, ce qui n'est pas le cas de la région saïdéenne, ou l'afflux migratoire est une résultante essentielle de la situation économique désastreuse de l'arrière- pays. La provenance des migrants n'est pas la même pour les deux villes.

La carte de la migration tlemcénienne est plus équilibrée que celle de Saïda en ce sens qu'elle reçoit une population migrante dont le taux baisse progressivement au fur et à mesure de l'éloignement de la ville. Saïda n'accueille que la population la plus proche. Le reste de son espace administratif, la wilaya, est attiré par d'autres centres urbains plus attractifs. Un fort pourcentage de migrants venus du nord du pays achève le déséquilibre : Saïda reçoit des fonctionnaires ici nommés, mais aussi beaucoup d'artisans et de commerçants qui apportent avec eux capitaux et savoir-faire dans une ville sans grand passé urbain qui n'a pas su s'extraire rapidement de son milieu rural.

La ville ne pouvant offrir rencontres tlemcen centre ville emploi à tous ses diplômés, le caractère de la population tlemcénienne change. Une sorte de nivellement social l'uniformise au regard des autres centres urbains algériens, une lente prolétarisation de la ville par les ruraux qui s'y installent et le départ vers les villes plus centrales, Alger, Oran 3 d'une fraction de la population aisée et cultivée qui avait créé les activités traditionnelles de la ville.

L'emploi, les activités. En 4la situation de l'emploi est plus dramatique à Saïda qu'à Tlemcen. Le quart des actifs saïdéens sont des saisonniers agricoles, en fait des chômeurs déguisés. Ils sont cinq fois moins à Tlemcen.

Un emploi nourrit 5,1 personnes à Tlemcen, 7,5 à Saïda. Enla situation n'a pas changé. Alors que Tlemcen est deuxfois plus peuplée que Saïda, le volume de l'emploi est 3,5 fois plus grand 5. Si, pour les deux villes, l'augmentation des emplois a été supérieure à la croissance démographique, il reste délicat d'en déduire que le taux de chômage a diminué ou que le caractère rural de Saïda a faibli.

Dans cette ville, l'administration et la distribution ont une importance relative considérable, alors que l'importance du secteur productif est remarquable à Tlemcen.

Hôtels et hébergements à Tlemcen

Cependant, Tlemcen a considérablement renforcé en une décennie son caractère mono-industriel. Mais les activités du tapis, trop dépendantes de l'étranger, sont retombées depuis à un niveau médiocre. L'emploi dans le bâtiment a été multiplié par trois ; cette activité est; plus encore à Saïda; sites de rencontre au congo brazzaville d'une bonne partie de la croissance de l'emploi.

A Tlemcen, le développement de l'emploi est moins lié à l'action directe de l'Etat qu'à sa politique économique qui a permis durant la période - la multiplication des emplois privés productifs. A Saïda, le commerce s'est développé plus vite que la population alors que la croissance des services a été limitée. L'emploi saïdéen reste trop lié aux injections de capitaux des programmes d'actions nationale et régionale de l'Etat, qui servent plus l'équipement administratif et la consommation des ménages rencontres tlemcen centre ville l'investissement productif.

Dans les deux villes, malgré une répartition de l'emploi différente, le circuit inférieur a relativement la même importance, quoique les revenus moyens soient plus faibles à Saïda.

S'il montre un pourcentage total à peu près égal d'activités du circuit inférieur pour les deux villes, les activités de production et de distribution saï- déennes sont cependant relativement plus nombreuses qu'à Rencontres tlemcen centre ville. Au regard du taux de la population employée, il semble que le circuit inférieur ait des possibilités relativement limitées, quoique non négligeables, et qu'il ne puisse toujours compenser les faiblesses de J'emploi du circuit supérieur.

site de rencontre ideelic rencontres femmes belfort

En effet, malgré la très forte pression des sous-emplois à Saïda, il apparaît que le faible niveau des activités urbaines, l'étroitesse de la classe sociale aisée capable de redistribuer un certain revenu et de créer des activités, n'autorisent pas un fort développement du circuit inférieur.

Le commerce rencontres tlemcen centre ville le secteur le mieux capable d'accueillir les ruraux déracinés et les plus démunis. La domination du circuit supérieur saïdéen s'exerce de façon déterminante par le biais du secteur public, bien plus puissant qu'à Tlemcen.

Le circuit supérieur privé, défaillant à Saïda, ne représente en emplois que le quart des activités urbaines, alors qu'à Tlemcen il en assure plus du tiers. Les formes de l'emploi se modulent en fonction des circuits.

Plus sur le sujet